The Cova del Barranc del Migdia - 4500 years of Human History

Original Text a summary of the exhibition by Chris B-J.
Translated into French by Sylvette



In April 1989 a group of cavers from Gata stumbled across an opening high on the Montgó mountain. Upon entering the cave, they were astonished to see primitive paintings on the walls and ceiling and thus discovered an important and exciting archaeological site. Their discovery led to a series of excavations which used modern technologies to try to unlock the cave's secrets which span 4500 years of human history.
The cave, known as "Cova del Barranc del Migdia" (Cave of the Midday Ravine) is on the sunny, Jávea side of the Montgó in the Migdia ravine. It is not an easy place to get into. The entrance found by the cavers is some 40 metres up a steep rock face about 375m above sea level. A lower entrance gives easier access, but a ladder is still required to get in and a a third opening is little more than a window. The cave can best be thought of as a series of roughly horizontal, narrow galleries or tunnels connecting two main chambers. The combined length of the complex is 52 metres.

The Chamber of Paintings
The cavers had discovered what is now called the Chamber of Paintings which contains more than 100 important and unique primitive wall paintings created in the Neolithic and Copper ages about 4500 years ago. There are three distinct types. Most of the paintings are in black, showing good technique. They are small and made with something like a brush using thick pigment. These depict stars, triangles and zig-zags as well as motifs which can only be guessed at, one perhaps being an idol with an eye. However you can make out what look like four legged animals: domestic goats and sheep with antlers, and dogs or other carnivores with jaws and large tails. Secondly there are three joined-up diamonds, again painted with a sort of brush, but this time in red. Finally there are streaks of red made using the fingers. There is also one zig-zag scratched into the rock. Detailed and accurate recording of this rock art is important, since it adds to the existing database of similar paintings discovered elsewhere. Early studies during the 1990s consisted of hand tracings and drawings combined with film photography, but recent excavations have improved on the data by using digital photography and a laser scanner and the use of computer techniques to create detailed 2D and 3D models of both the cave and its paintings.

But the paintings are only one of the secrets hidden in the cave. Excavation of another chamber revealed that around the same time, when human beings were just beginning to learn how to make use of metal, the cave was used as a sort of burial place. This central, Burial Chamber is 4.5m long (East-West) and 3.6m wide (North South), with a maximum height of 1.65m. In total, five excavations were carried out here between 2009 and 2014.

To the north of the room is a 50cm wide gallery, about 4m in length which also contains archaeological sediments. Some of these have been left untouched for future generations of archaeologists to study.

Another narrow gallery, oriented south-west, (one metre in diameter and eight metres long) leads directly to a small aperture which opens onto the sunny cliffs of the Montgó. At certain times of the year, just before sunset, the sunlight streams in through this opening. When this happens, the dark Burial Chamber is lit with an intense reddish hue. Perhaps this exceptional occurrence was known in prehistoric times and linked with funeral rites.

The Burials
The excavations revealed buried human remains, but no complete skeletons. Instead they found intriguing bundles of bones and artefacts placed underneath stones. The bones have been carbon dated to around 2500 BC, right at the end of the Stone Age and the beginning of the Copper Age. Some bundles contained bones from two or even three people but not all the bones were present and they were mixed up. For example, the long arm bones from one person would be found in a bundle with the leg bones of another. The picture is complicated by the poor preservation of the 500 bone and teeth fragments and more than 50% of the bones were missing from the identifiable skeletons, particularly skulls and jaws. In addition the epiphyses ( rounded ends) of many of the long bones were absent making reconstruction difficult. Still, the researchers were able to identify at least eight individuals buried in four separate bundles or packages.

Package I: includes the remains of a man about 35-39 years old. Three flint arrowheads were found in the same area.

Package II: includes bones of a 3-4 year old child and a 30-35 year old woman (with almost intact skull). A small stone adze (hoe) was found with the remains of the child, while a flint blade, an arrowhead and a copper awl were close to the remains of the woman.

Package III: is a collection of the remains of a man and a woman (age cannot be judged) and a child no more than one year old. A flint arrowhead was found nearby.

Package IV: contained the bones of a man some 25-35 years old, a woman aged between 17-20 and a child of 4.5 years. Found nearby were four flint arrowheads, a fragment of painted ceramic and a sheep or goat's foot bone.

The questions which immediately spring to mind are: Why were there no complete skeletons? Why are the bones of different people mixed up?

The hypothesis suggested by the evidence is that these are secondary burials. That is, the corpses were originally stored elsewhere, probably unburied, in a humid place but safe from animals, since there were no carnivore marks on the bones. Some time later, after the corpse had become a skeleton, the bones were sorted and placed in bundles together with various artefacts as grave goods. However, the arrangement of the small bones of the hands and feet indicates that these were packaged up before the ligaments holding them together had decomposed. The bundles were then transferred to a new, secure, resting place in the inaccessible Cova del Barranc del Migdia.

It seems likely that these individuals were somehow important in their society, since only a few were granted this privileged burial, also that their people wanted to keep those in each bundle together, preserving their identity and possible personal links after death. The artefacts are generally considered to be grave goods, items accompanying the dead either as symbols or as tools to help them in the afterlife.

The people who buried their dead in this cave centred their activities on agriculture, mainly cereals (wheat and barley) and livestock (goats and sheep). Their modestly sized settlements were located in the valley near their crops.

More recent history
The cave's story does not end in the Copper Age. After its use as a burial chamber, it seems to have been undisturbed by humans for some 2700 years. Then during the late Roman Empire it was occupied sporadically as evidenced by the discovery of fragments of pottery dating from that time (around the 5th century AD) including fragments of an amphora which originated in Africa.

After this brief episode it remained empty once more until the end of the Andalusian (Moorish) period, almost 1000 years later. Evidence for this is seen in the discovery of two pottery items, one of which is an almost complete ceramic jar glazed in turquoise green. Also found was a hoard of square, silver Moorish coins which date from the mid 12th to early 13th centuries (the Almohad period). It is interesting to speculate that the cave was a refuge and the hoard of coins was buried for safekeeping just before the Christian Feudal conquest of Xàbia's valley in 1244. Goatherds in the area would surely have known of the cave, which is also called the "Cova de les Cabretes." (Cave of the Goats).

The excavation was carried out using state of the art technologies to create 2D and 3D digital models of the cave. These have been used to make solid dioramas for use in exhibitions as well as virtual reality tours enabling archaeologists, researchers, and the public alike to "visit" and experience the Cova del Barranc del Migdia almost first hand, while at the same time preserving the original and its history.

This project has been made possible thanks to the collaboration of Fundació Cultural CIRNE de Xàbia, Ajuntament de Xàbia / Mvsev Arqueològic i Etnogràfic Soler Blasco, ARPA Patrimonio, Ministerio de Cultura, MARQ, Centre Excursionista de Xàbia, Parc Natural del Montgó, Bombers de la Diputació d'Alacant, Conselleria de Cultura, Universitat de Mainz (Germany); and others.



La découverte
En avril 1989, un groupe de spéléologues de Gata est tombé sur une ouverture, en haut de la montagne du Montgó. En entrant dans la grotte, ils ont été stupéfaits de voir des peintures primitives sur les murs et le plafond ; c’est ainsi qu’ils ont découvert un site archéologique important et passionnant. Leur découverte a conduit à une série de fouilles utilisant des technologies modernes pour tenter de révéler les secrets d’une grotte couvrant 4500 ans d'histoire de l’homme.

La grotte, connue sous le nom "Cova del Barranc del Migdia" (Grotte du Ravin du Midi) se trouve sur le versant ensoleillé du Montgó de Jávea, dans le ravin de Migdia. Ce n'est pas un endroit dans lequel il est facile de pénétrer. L'entrée, trouvée par les spéléologues, est à environ 40 mètres de hauteur sur une paroi rocheuse abrupte, 375m au-dessus du niveau de la mer. Une entrée située plus bas permet un accès plus facile, mais une échelle est toujours nécessaire pour entrer. Il existe une troisième ouverture, pas plus grande qu'une fenêtre. La grotte consiste en fait en une série de galeries ou de tunnels étroits à peu près horizontaux, et reliant deux chambres principales. La longueur totale du complexe est de 52 mètres.

La Salle des Peintures
Les spéléologues ont découvert ce qui est aujourd’hui appelé la Salle des Peintures. Elle contient plus de 100 peintures murales primitives, importantes et uniques, créées, il y a environ 4500 ans, au Néolithique et à l’Âge du Cuivre. Il en existe trois séries distinctes. La plupart des peintures sont noires, et sont d’une bonne technique. Elles sont petites et réalisées avec quelque chose qui ressemble à un pinceau, en utilisant un pigment épais. La première série représente des étoiles, des triangles et des zigzags, mais aussi des motifs qui ne peuvent être que devinés ; l'un représentant peut-être une idole avec un œil. On peut cependant discerner ce qui ressemble à des animaux à quatre pattes: chèvres domestiques et moutons avec cornes, chiens ou autres carnivores avec mâchoires et grandes queues. Dans la deuxième série, il y a trois diamants réunis, à nouveau peints avec une sorte de brosse, mais cette fois en rouge. Pour terminer, il y a des bandes réalisées en utilisant les doigts. Il y a aussi un zigzag gratté dans la roche. Une conservation détaillée et précise de cet art rupestre est importante, puisqu'elle s’ajoute à la base de données existant sur des peintures similaires découvertes en d’autres endroits. Les premières études, au cours des années 1990, consistaient en tracés à la main et en dessins associés à la photographie argentique, mais les fouilles récentes ont permis d’améliorer les données grâce à la photographie numérique et à un scanner laser, ainsi qu’à l’utilisation de techniques informatiques permettant de créer des modèles détaillés en 2D et 3D, tant de la caverne que de ses peintures.

Mais les peintures ne sont que l'un des secrets cachés dans la grotte. Les fouilles d'une autre salle ont révélé qu'à peu près au même moment, quand les êtres humains commençaient tout juste à apprendre à faire usage du métal, la grotte a été utilisée comme une sorte de lieu d'inhumation. Cette Chambre funéraire centrale est longue de 4.50 m (d’est en ouest) et large de 3.60m (du nord au sud), elle a une hauteur maximale de 1,65 m. Au total, cinq fouilles ont été réalisées ici entre 2009 et 2014.
Au nord de la salle se trouve une galerie large de 50 cm, et d’environ 4 m de long qui, elle aussi, contient des sédiments archéologiques. Certains d'entre eux ont été laissés intacts afin que de futures générations d'archéologues les étudient.

Une autre galerie étroite, orientée sud-ouest, (d’un mètre de diamètre et de huit mètres de long) mène directement à une petite ouverture qui s'ouvre sur les falaises) du versant sud du Montgó. À certaines périodes de l'année, juste avant le coucher du soleil, la lumière du soleil traverse cette ouverture. Lorsque cela se produit, la Chambre funéraire, d’ordinaire sombre, est éclairée par une intense teinte rougeâtre. Il est possible que cet événement exceptionnel ait été connu à l'époque préhistorique et soit lié aux rites funéraires.

Les inhumations
Les fouilles ont révélé des restes humains enterrés, mais aucun squelette complet. Au lieu de cela, on a trouvé des paquets d’os et d’objets placés sous des pierres. Les os ont été datés grâce au carbone 14 à environ 2500 av. J.-C, directement à la fin de l'Âge de Pierre et au début de l'Âge du Cuivre. Certains paquets contenaient les os de deux ou même trois personnes, mais tous les os n’étaient pas présents et étaient mélangés. Par exemple, les os du bras d'une personne ont été trouvés dans un paquet, mêlés à ceux de la jambe d'une autre. La représentation est compliquée à cause, d’une part de la mauvaise conservation des 500 fragments d’os et de dents, et du fait que, pour les squelettes identifiables, plus de 50% des os sont absents, en particulier les crânes et les mâchoires. En outre, les épiphyses (extrémités arrondies) de la plupart des os longs manquaient, rendant la reconstruction difficile. Cependant, les chercheurs ont pu identifier huit individus au moins, enterrés dans quatre paquets différents.

Ensemble I : il comprend les restes d'un homme âgé d'environ 35-39 ans. Trois pointes de flèches en silex ont été trouvées dans la même zone.

Ensemble II : il comprend les ossements d'un enfant âgé de 3 à 4 ans, et ceux d’une femme de 30-35 ans dont le crâne est presque intact. Une petite herminette en pierre (outil préhistorique) a été trouvée avec les restes de l'enfant, tandis qu'une lame en silex, une pointe de flèche, et une alène en cuivre se trouvaient près des restes de la femme.

Ensemble III : il est constitué d’un ensemble de restes d'un homme et d’une femme (dont on ne peut rien dire de l'âge) et d’un enfant n’ayant pas plus d'un an. Une pointe de flèche en silex a été trouvée à proximité.

Ensemble IV : il contient les ossements d'un homme d’environ 25-35 ans, d’une femme âgée de 17 à 20 ans, et d’un enfant de 4 ou 5 ans. Tout près, on a trouvé quatre pointes de flèches en silex, un fragment de céramique peinte et un os de pied, de mouton ou de chèvre.

Les questions qui viennent immédiatement à l'esprit sont : pourquoi n’y a-t-il pas de squelettes complets? Pourquoi les ossements de différentes personnes sont-ils mélangés?

L'hypothèse est qu’il s’agit là de sépultures secondaires. Autrement dit, les cadavres étaient, à l'origine, placés ailleurs, probablement non ensevelis, dans un endroit humide, mais à l'abri des animaux, puisqu’on ne trouve aucune marque de carnivores sur les os. Quelque temps plus tard, après que le cadavre soit devenu un squelette, les os étaient triés et placés dans des paquets avec divers objets, tels des pièces funéraires. Toutefois, l'agencement des petits os des mains et des pieds indique que ceux-ci ont été conditionnés avant que les ligaments les maintenant ensemble ne se soient décomposés. Les paquets ont ensuite été transférés dans une dernière demeure, nouvelle et sécurisée, dans l’inaccessible Cova del Barranc del Migdia.

Il semble probable que ces individus étaient, d'une façon ou d'une autre, des personnages importants dans la société, étant donné que, d’une part, seulement quelques-uns d’entre eux ont eu le privilège de cette sépulture et que, d’autre part, leur peuple a voulu les garder ensemble dans un même paquet, en préservant, après la mort, leur identité et leurs possibles liens. Les artefacts sont généralement considérés comme étant des articles funéraires, objets accompagnant les morts, soit sous forme de symboles, soit comme outils pour les aider dans l'au-delà.

Les personnes qui ont enterré leurs morts dans cette grotte centraient leurs activités sur l'agriculture, principalement les céréales (blé et orge), et l'élevage (chèvres et moutons). Leurs implantations, de taille modeste, étaient situées dans la vallée près de leurs récoltes.

Histoire plus récente
L'histoire de la grotte ne s’achève pas à l’Âge du Cuivre. Après son utilisation comme chambre funéraire, il semble que les hommes l’aient laissée intacte pendant environ 2700 ans. Puis, à l’époque de la fin de l'Empire romain, elle a été occupée sporadiquement, comme en témoigne la découverte de fragments de poterie datant de cette période (aux environs du 5ème siècle après JC), comprenant des fragments d'une amphore originaire d'Afrique.

Après ce bref épisode, la grotte est restée vide encore une fois jusqu'à la fin de la période andalouse (Maures), presque 1000 ans plus tard. Nous en avons la preuve par deux pièces de poterie, dont l'une est un pot presque complet, de céramique émaillée, vert turquoise. On a également trouvé tout un amas de pièces de monnaie maures, carrées, en argent, datant du milieu du 12e, début du 13e siècle (période almohade). On peut s’amuser à imaginer que la grotte a été un refuge et que le trésor de ces pièces de monnaie a été enterré pour les garder en lieu sûr, juste avant la conquête Chrétienne de la vallée de Xàbia en 1244. Les chevriers de la région devaient sûrement connaître la grotte, qui est aussi appelée la "Cova de les Cabretes" (Grotte des chèvres).

Les fouilles ont été effectuées en utilisant des technologies de pointe pour créer des modèles numériques en 2D et en 3D de la grotte. Ces technologies ont été utilisées pour réaliser des dioramas destinés à des expositions, mais aussi à des visites virtuelles, permettant aux archéologues, aux chercheurs et au public de "visiter" et d’expérimenter presque directement ce qu’est la Cova del Barranc del Migdia, tout en préservant la grotte originale et son histoire.

Ce projet a été rendu possible grâce à la collaboration de la Fundació Cultural CIRNE de Xàbia, l’Ajuntament de Xàbia, le Museu Arqueològic i Etnogràfic Soler Blasco, l’ARPA Patrimonio, le Ministère de la Culture, le Centre Excursionista de Xàbia, le Parc Natural del Montgó, les Pompiers de la Diputació d'Alacant, la Conselleria de Cultura, l’Université de Mayence (Allemagne); et bien d’autres.

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License